Château de Deulin - Grange

Rue du Château 4
6990 Hotton

Château de Deulin - Grange

Rue du Château 4 - 6990 Hotton

Au nord-est et à deux pas du célèbre château de Deulin (XVIIIe siècle), se découpe la ferme du château. De l’exploitation agricole du XVIIIe siècle subsiste uniquement l’imposante grange datée de 1780 grâce à un millésime inscrit sur une poutre de la charpente. Les bâtiments qui l’entourent, en formant un plan en L, datent pour l’essentiel du XIXe siècle. Depuis cette époque, la grange est flanquée de deux corps de bâtiment moins élevés, dont les murs en briques, pierres de taille voire en pan-de-bois, tranchent avec les moellons calcaires de la grange primitive.

La ferme est dévolue aux tâches agricoles jusqu’à son rachat en 2005 par Stéphane de Harlez, l’actuel propriétaire du château. Aujourd’hui, le corps de logis sert d’habitation. La grange, quant à elle, a été restaurée en 2003, au fil de travaux importants : la façade arrière donnant vers le château, a été ajourée de deux vastes portes-fenêtres répondant, par leurs dimensions comme par leur emplacement, aux deux entrées charretières de la façade “côté cour”, la toiture a été entièrement refaite.

Depuis ces transformations, la grange accueille de nombreux évènements, tels que des mariages, des concerts, des conférences etc.

La grange est faite de moellons calcaires, sur trois de ses quatre côtés ; le mur côté cour est quant à lui bâti en briques. Elle est dite “en double large”, car percée de deux entrées charretières disposées de manière symétrique sur un même long côté, en l’occurrence celui donnant sur la cour intérieure.

Deux baies rectangulaires en hauteur, aujourd’hui supprimées, permettaient également de charger les récoltes directement à l’étage depuis l’extérieur. Le toit est doté de deux croupettes et est couronné de deux girouettes, ornées des armoiries de la famille de Harlez de Deulin.

À l’intérieur, la structure de la grange est assurée par une imposante charpente à portiques divisant l’espace en trois vaisseaux. Une mezzanine moderne empiète aujourd’hui sur le vaisseau central. Elle se prolonge au-delà du mur-pignon est, dans un espace d’accueil logé dans l’aile en briques et pan-de-bois adjacente. La circulation vers la mezzanine est assurée par un escalier tournant en bois à balustres, dont les parties anciennes du XIXe siècle sont complétées par des parties récentes conçues sur le même modèle.

Le sol est récent mais est traité de telle sorte qu’il évoque un carrelage ancien : il se compose de briques posées à plat, moulées dans des moules identiques mais présentant néanmoins une irrégularité de surface, donnant ainsi l’illusion d’un revêtement plus ancien.

Le mobilier présent dans la grange montre la volonté de la famille de Harlez de rappeler la vocation agricole initiale des lieux, en réutilisant auges et mangeoires. La cheminée adossée au mur ouest résulte d’un bricolage inventif associant, un manteau de cheminée moderne et des piédroits en pierre bleue appartenant à un ancien escalier. La fontaine à l’entrée témoigne elle aussi du goût des propriétaires pour la réutilisation, dans un nouveau cadre, de patrimoine ancien.

Pauline Foglia & Mathieu Piavaux

Avec l’assistance technique du Service du Patrimoine culturel de la Province de Namur.

A cet endroit :

Emmanuelle Bertrand - I

Emmanuelle Bertrand - II

Recevoir le programme du festival